Création Printemps 2022.  Résidences de création en cours.

LA PETITE HISTOIRE  Roméo et Juliette. Variation.

Pièce d’Eugène Durif. Avec Bruno Spiesser et Joëlle Aguiriano. Mise en scène : Maria Aguirre

 

HISTOIRE :

Deux fantômes, deux spectres, deux âmes errantes se retrouvent dans un cimetière à une époque non défini. Lui se nomme Capulet ; elle, Montaigu. ls ne sont autres le père de Juliette et la mère de Roméo. Voilà bien longtemps que leurs enfants ne sont plus. Leurs morts devaient réconcilier les deux familles. Il n’en est rien. Les ressentiments restent vivaces ainsi que les souvenirs. Car une malédiction pèse sur les deux parents. Ils sont condamnés éternellement à raconter l’histoire du drame sous forme d’évocation, de narration, d’incarnation. Ils doivent endosser les rôles de la grande histoire, Romeo, Juliette, la nourrice, Mercutio et Tybalt pour jouer la petite.

 

THEME :

Au-delà du thème de la haine, du conflit des générations, c’est le sujet de la démesure de l’amour filial qui est en jeu, un amour sans frein qui s’est transformé en contrainte et en violences morale et physique. Capulet et Montaigu ne sont plus les parents de leurs enfants mais des apparitions, de simples archétypes d’un père et d’une mère qui par la force du souvenir font revivre leurs progénitures afin de comprendre et essayer de se faire pardonner pour lui et connaître enfin un repos éternel pour elle. C’est aussi le thème du jeu et de l’illusion théâtrale. C’est dans le moment que vous l’écoutez que cette histoire existera.» Comment témoigner avec « le plus de justesse » de cette histoire quand on s’appelle Capulet et Montaigu ? Comment interpréter ses enfants quand on a plus l’âge des rôles ? La petite histoire met à la portée des collégiens la pièce de Shakespeare. C’est l’histoire de la haine, de la peur de l’autre, du conflit des générations, la difficulté d’être parent, d’accepter la faillibilité. C’est une oeuvre sur la rédemption. On apprend par la mort des autres.